Description

La Société Nigérienne d’Electricité «NIGELEC» a été constituée le 07 septembre 1968. Son capital s’élève à soixante-seize milliards quatre cent quarante-huit millions huit cent soixante-dix (76.648.870.000) Francs  CFA. Son siège social est situé à Niamey, quartier Plateau, N°201, Avenue du Général De Gaulle (PL 30).

La fourniture de l’énergie électrique remonte à 1952 avec la première convention accordant la gestion du service de l’électricité de Niamey à la société coloniale « Energie AOF » et qui avait notamment pour objet la production et la distribution de l’énergie électrique en Afrique Occidentale Française.

Energie AOF s’est par la suite transformée en SAFELEC (Société Africaine d’Electricité), en raison de l’accession à l’indépendance de plusieurs pays africains, notamment le Niger.

Le 07 septembre 1968, la SAFELEC est transformée en une société anonyme sous la dénomination de « Société Nigérienne d’Electricité » (NIGELEC) dont les capitaux sont détenus majoritairement par l’Etat. La distribution de l’électricité dans les autres villes fut confiée progressivement à NIGELEC à partir de 1971, d’abord en gérance, puis sous forme de concession à partir de 1973.

La Société Nigérienne d’électricité (NIGELEC), a toujours exercé ses activités sous le régime de concession avec le monopole de la production, du transport et de la distribution de l’énergie électrique.

La Société Nigérienne de Charbon d’Anou Araren (SONICHAR), créée en 1978 pour exploiter le gisement de charbon d’Anou Araren s’est vue accorder la production de l’électricité par dérogation au monopole détenu par NIGELEC ; depuis 1988, NIGELEC loue la ligne 132 kV Anou Araren-Arlit à SONICHAR qui vend l’énergie électrique aux sociétés minières tout en gardant le monopole de la distribution dans les villes d’Agadez, d’Arlit et de Tchirozérine.

Les difficultés économiques que le NIGER a connues dans les années 1990 ont plongé le sous-secteur de l’électricité dans une situation particulièrement tendue due aux arriérés de consommation de l’État et de ses démembrements ; cette situation a été aggravée par la dévaluation du Franc CFA intervenue en 1994.

Ainsi, la pression des bailleurs de fonds pour inciter aux réformes s’est accentuée avec la suspension des crédits de financement et la menace de privatisation.

En 1993, l’Etat et la NIGELEC signaient un nouveau Traité de Concession d’une durée de 50 ans sans pour autant que lui soit annexé un cahier de charges qui devait définir clairement la mission de NIGELEC.

A partir de 1996, dans le cadre des réformes entreprises par l’Etat, la NIGELEC a été inscrite sur la liste des entreprises à privatiser. Cependant, ce processus n’a pas abouti malgré les différents appels d’offres lancés. Un cahier de charges comportant un plan d’investissement a été présenté aux soumissionnaires. Mais, après l’abandon de cette option, aucune disposition n’a été prise pour assurer les financements planifiés.

Suite à la recommandation des bailleurs de fonds sur la révision tarifaire, NIGELEC a initié, à partir de 2011, un vaste programme d’investissement afin de raccorder toutes les régions du pays au réseau interconnecté permettant ainsi de réduire la consommation de gasoil. Il s’agit de plusieurs projets dans le domaine de la production, du transport et de la distriubtion de l’énergie électrique, dont entre autres:

la construction de la Centrale Thermique de Gorou Banda (80 MW extensible à 100 MW),
la Centrale à charbon de Salkadamnna (200 MW extensible à 600 MW),
le Barrage hydroélectrique de Kandadji (130 MW),
le Projet d’extension et renforcement des réseaux de distribution à Niamey et d’amélioration de l’accès à l’électricité en zone rurale –CNE1157 (AFD) : il va permettre l’électrification de 118 localités et le raccordement de 60 000 clients sur la période 2016-2018
le Projet d’appui à l’expansion de l’accès à l’électricité au Niger –NELACEP (BANQUE MONDIALE) qui va permettre de raccorder 65 000 clients sur la période 2016-2018.
A partir de 2016, un nouveau Code de l’électricité, réaffirmant le monopole de l’Etat sur le service public de l’électricité tout en libéralisant le segment de la production et du transport, a été adopté par la Loi N°2016-05 du 17 mai 2016. Le régime de concession est la forme de délégation consacrée par cette loi qui ouvre la possibilité à la production indépendante. Ce Code a également introduit la régulation du sous secteur de l’électricité et la notion de l’électrification rurale.

La Nigelec a le statut de société anonyme d'économie mixte.. Son capital est détenu à 95 % par l'État nigérien. Elle est dirigée par un membre du CSRD, administrateur délégué.

Production :

La Direction Production et Transport est la Direction opérationnelle de la Nigelec.

Elle est assure la gestion optimale des ouvrages de production et transport d’énergie électrique

Missions :

-       Définir la politique en matière de gestion et de maintenance des ouvrages de production  d’énergie électrique,

-       Elaborer et mettre en œuvre les procédures et consignes d’exploitation,

-       Définir les règles et procédures de maintenance des ouvrages de production,

-       Veiller à la disponibilité des ouvrages de production d’énergie électrique,

-       Assurer les gros entretiens des ouvrages de production (Révisions d’Attelages et Révisions Générales des centrales régionales),

-       Participer à l’étude et à la construction des nouveaux ouvrages de production,

-       Contrôler et suivre la mise à jour des plans et schémas des infrastructures de production,

-       Participer à l’élaboration des schémas directeurs des infrastructures de production,

-       Elaborer (en rapport avec les services concernés) et gérer les contrats relatifs aux achats d’énergie électrique, de combustibles et de lubrifiants,

-       Gérer les mouvements d’énergie,

-       Veiller à l’approvisionnement optimal des sites et centrales en pièces de rechanges, combustibles et lubrifiants,

-       Apporter un appui technique et logistique aux unités d’exploitation,

-       Tenir et consolider les statistiques relatives à la production,

-       Suivre l’évolution des indicateurs de gestion et de performance en matière de production d’énergie électrique,

-       Procéder aux études d’optimisation des équipements et à l’analyse des indicateurs pour proposer les mesures d’amélioration de performance,

-       Veiller à l’application des règles de prévention et sécurité,

-       Veiller à l’approvisionnement des unités d’exploitation en matériels de sécurité et en outillages individuel et collectif ;

-       Assurer l’acquisition et la diffusion des notes et revues techniques,

-       Assurer la gestion des ateliers spécialisés (mécanique, électricité, etc.)

Structure :

La Direction comprend trois (2) services:

-       Service Production (SPRO)

-       Service Maintenance Electrique & Mécanique (SMEM)

 

 

Fermé
Fermé aujourd’hui
  • Lundi

    8 h 00 min - 13 h 00 min14 h 30 min - 17 h 30 min

  • Mardi

    8 h 00 min - 13 h 00 min14 h 30 min - 17 h 30 min

  • Mercredi

    8 h 00 min - 13 h 00 min14 h 30 min - 17 h 30 min

  • Jeudi

    8 h 00 min - 13 h 00 min14 h 30 min - 17 h 30 min

  • Vendredi

    8 h 00 min - 12 h 30 min

  • Samedi

    Fermé

  • Dimanche

    Fermé

  • 16 juin 2024 19 h 11 min heure locale

Informations supplémentaires
Informations supplémentaires
  • Responsable
    Alassane Halid
  • Poste
    PDG
  • Téléphone fixe
    (227) 20 72 26 92
  • Forme juridique
    Société d'Economie Mixte (S.E.M)
  • Capital
    33565000000
  • Effectif
    [100 à plus[
Publicité

Contact

    Suivez-nous
  • Pas encore de commentaire.
  • Ajouter un avis

      Vous avez un lieu, événement ou annonce à ajouter ?

      Rejoignez IDND aujourd’hui et bénéficiez d‘un an d’abonnement gratuit.  Offrez-vous une large audience et un bon référencement sur les différents moteurs de recherche. Un tableau de bord moderne vous sera dédie pour une meilleure gestion en temps réel

      NOS PARTENAIRES

      Vous êtes actuellement hors ligne